Deux livres autour du Havre, au design étonnant, dans sa collection : Lettres du Havre et Ligne B © Olivier Bouzard

Elodie Boyer : un havre non-standard

Deux livres autour du Havre, au design étonnant, dans sa collection : Lettres du Havre et Ligne B © Olivier Bouzard
Deux livres autour du Havre, au design étonnant, dans sa collection : Lettres du Havre et Ligne B © Olivier Bouzard

Les ouvrages publiés par Elodie Boyer sont « non-standard », du nom de sa maison d’édition havraise. Lauréats des plus grands prix du design, ils aiguisent la curiosité et donnent au Havre une visibilité internationale inédite.  

Se lancer dans l’édition est souvent un pari audacieux. En l’occurrence, l’idée d’une œuvre originale et très personnelle a donné à Elodie Boyer l’opportunité de créer les éditions non-standard, symbolisées par deux points. Les Lettres du Havre, nées de la rencontre entre sa prose et les lettres imaginaires de son compagnon, l’écrivain Jean Segui, font non seulement figure d’OVNI littéraire mais se distinguent aussi par un design et une technicité rares. « Cette idée folle d’un livre en commun, utilisant les enseignes et codes graphiques locaux pour parler de manière vivante de mon principal métier tout en ménageant des espaces de poésie et de narration, a mis du sens dans mon parcours », avoue Elodie Boyer. Dans un registre résolument inclassable, l’ouvrage récolte dès sa parution plusieurs prix de design dont la médaille d’or du European Design Award !

Un deuxième ouvrage, Ligne B, propose un parcours narratif tout au long de la ligne de tramway reliant la plage à Caucriauville. Le livre décroche le Best Dutch Book Design Award. « Nous sommes des ambassadeurs spontanés du Havre et nous nous réjouissons de témoignages de lecteurs qui inscrivent Le Havre dans leur liste de villes à découvrir », sourit Elodie, passionnée du Havre sans y être née. Native d’Annecy et diplômée en biologie à Chambéry puis en marketing à Londres, Elodie Boyer se lance dans la gestion de l’identité d’entreprise (logo, charte graphique…). La naissance de son enfant l’invite à prendre plus d’indépendance : elle donne alors des cours au CELSA, le centre de formation continue de la Sorbonne, et crée sa société de conseil dont le succès ne se dément pas auprès des plus grandes entreprises (Mondial Assistance, Eiffage,  RATP Dev, etc).

Et Le Havre dans tout ça ? « Le choix résulte de notre envie de travailler pas trop loin de Paris, où j’ai encore des bureaux, mais assez pour jouir d’une ville autosuffisante et offrant la qualité de vie à laquelle notre famille aspire », résume Elodie, Havraise par ses grands-parents, et ses arrière-grands parents victimes des bombes de septembre 1944. Si l’édition n’est pas son gagne-pain, elle représente de son aveu même une respiration ainsi qu’une source de liberté et d’équilibre. Du coup, tout en créant des signes « pertinents et durables » pour ses clients internationaux, Elodie Boyer savoure l’identité maritime et industrielle d’une ville qui l’inspire à tous points de vue.

Site web de la maison d’édition